Magazine Elle du 13 mai 2016 : à voir dans le Carnet « Région Rhône-Alpes »

Télécharger le numéro de Elle

Alu_art_concept_Elle

Magazine Elle N°3673 du 13 mai  : à voir page 220

C’est un petit coup de pub pour inaugurer ce nouveau site « ALU ART CONCEPT » (en cours de fabrication), inauguré ce printemps et qui devrait me permettre d’élargir mes créations en aluminium à d’autres objets. J’espère qu’il est bien rubriqué et que chacun pourra s’y retrouver. Ce n’est pas seulement un site commercial.

Entre blog et site, avec beaucoup de textes personnels, à la manière d’un journal intime…

En attente d’améliorations futures qui ne se feront que petit à petit avec ces nouveaux « habits », le fond ne change pas. Cela reste un blog. Simplement,  la nécessité de promouvoir mon travail apparait de plus en plus grande même si je n’ai pas renoncé au roman fleuve : je décris, je parle, j’explique, et j’écris en même temps mon journal où je raconte mes relations aux gens et aux choses. En tant que prof, j’ai l’habitude de mettre à nu les mécanismes, le « process », la démarche au coeur de la centrale…

L’image révélatrice, « Je de rôles »

J’ai lu, dans la presse culturelle de cette semaine, un article sur les images. Plus particulièrement sur la photographie, intitulé « Je de rôles » ou « Parades pour l’appareil » . La photo y  apparaît comme un échappatoire (ouverture vers l’imaginaire) au réel mais aussi comme un art permettant de se positionner dans le champ de la création contemporaine fonctionnant comme une sorte de parade, de jeu où le   « je » est valorisé,  scénarisé quelquefois à outrance. Alors que les smartphones produisent leurs lots, leurs flots d’images  aseptisées dans le principe du selfy au sourire et aux grimaces stéréotypées, il y a pour les artistes énormément de place pour les messages, les idées pertinentes et  fédératrices, autour de valeurs communes. Pour revenir à cette parade où le trait et le caractère sont forcément ancrés dans les stéréotypes et leur banalité, fracturant la relation entre l’être et le paraître, l’art et la communication graphique servent justement l’individu capable de se soustraire aux clichés.

Mettre à nu les mécanismes

Si l’image est devenue la composante fondamentale du processus créatif, alors autant l’utiliser.  Force est de constater que se retirer du livre, du site, bref des publications et de tous les vecteurs de communication passant par l’image, revient à s’isoler et à ne pas exister. Autant ne plus résister à ce champ de l’image !

Jimmy Desana, photographe contemporain,  dit « Une photo repose sur deux choses : à quel point vous voulez mentir et jusqu’où vous voulez déformer la vérité sur l’objet réel ». Même si l’image et la photo ne sont pas vraiment des outils de vérité, associée à un texte, elle me permet de montrer mon travail avec honnêteté, avec les  multiples facettes que j’aime qui ne font pas de moi une compétitrice dans une seule spécialité mais quelqu’un de passionné et sincère. J’exploite les richesses de plusieurs domaines de création à mon rythme. Tout se dédouble agréablement et sereinement, se multipliant sans se déranger les uns les autres, avec plaisir.  Je n’ai pas beaucoup d’arguments de vente pour mes tableaux si ce n’est que je les aime, que j’aime le dessin, que j’aime tous les centimètres carrés de mes créations (même celles qui ont 20 ou 30 ans).

Être artiste et se rattacher au modèle de leadership commercial, est-ce possible ?

Etre artiste pour moi, ce n’est pas une mascarade ou une performance. Tout se joue sur la durée.   Ecrire sans inhibition ne me dérange pas car l’essentiel ne peut être dit dans une société qui va vite. Aujourd’hui la communication est enseignée pour être concise comme à la télé, aseptisée, simplifiée à l’extrême afin que le message passe vite comme si les individus ne savaient pas faire le tri eux-mêmes. Comme si la lecture en était pré-machée. Je sais que je ne corresponds pas aux modèles du design actuel, accrochés au modèle de leadership stéréotypé et commercial. Mais je fais un effort pour m’adapter. Rester dedans. Rester dans le monde et ne pas freiner des quatre fers en me refusant d’utiliser les codes contemporains de la communication et des media.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *