À table…

 
img_4113

« La salle, large de trois tatami, était prête à recevoir des invités : une calligraphie de Monsieur Kokeï était accrochée au mur et on avait mis un camélia wabisuke dans un petit vase en poterie de Shigaraki nommé Accroupissement. Notre hôte m’avait demandé conseil au sujet du bol et je lui en avais conseillé un contemporain, rouge ».

Yasushu Inoué Le maître du thé

 

Moments partagés, situations informelles

Les repas, les cérémonies du thé au Japon sont empreints d’exigences éthiques et toujours reliés à un contexte esthétique et sensuel fort. Si l’on voyage un peu autour du monde, on voit que le fait d’être  assis à même le sol est très répandu dans de nombreux pays du monde. A Rome, la table à manger de Néron à la Domus Auréa « était ronde, tournait jour et nuit sur elle-même en imitant le mouvement du monde ». Ingénieuse et belle. C’est encore un tapis, une natte, dans tout l’Orient autour duquel on mange, on se retrouve pour la discussion. Nous ne pourrions pas supporter l’accroupissement asiatique ni la position accroupie que toute l’humanité, exceptées nos sociétés occidentales, a conservé. Mais néamoins, aujourd’hui, mauvais héritage de la génération télé, nombreux abandonnent la chaise et la table haute traditionnelle  pour se  mettre plus proche du sol,  en mode plus décontractée, plus cool. Auquel cas, la petite table basse déborde d’objets et de récipients en équilibre. Il devient souvent nécessaire de passer à table pour un plat chaud après le grignotage…

Espace graphique horizontal, un plateau de table

IMG_1581

 

L’idée de proposer une table atypique est venue petit à petit quand mes tableaux étaient livrés à la maison et que je ne pouvais plus les stocker verticalement. Un soir, j’eus l’idée de profiter d’un portrait, puis d’une fleur sur très grand format, de le décrocher du mur pour improviser un plateau de table afin de dîner dessus avec mes amis. Des petits récipients ordinaires et beaucoup de verres, bouteilles ont contenu sur ce plan large et vite installé. La surface lisse, brillante et douce convenait parfaitement.

Cette simplicité qui consistait à utiliser un tableau, une oeuvre d’art comme table de réception m’a fait penser à une nouvelle manière simple et saine d’appréhender ma maison, mon salon comme un espace graphique vertical mais aussi horizontal. Ce soir là, j’avais un peu cassé les tabous sans pour autant abîmer et rabaisser l’image que l’on peut se faire de ma pratique artistique, toujours à cheval entre l’art et la création industrielle. 

Acuité

Nous avons au contraire  augmenté notre acuité visuelle, bien eu le temps de poser les yeux sur le dessin dont les mécanismes étaient mis à nu par fragments sous la table encombrée, les taches de couleurs et les matières devenant complètement abstraites. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *