Le bonheur est dans le pot…de fleur

DSC01488Dans le Gers…

Il n’y a pas que dans le pré qu’on trouve son bonheur.

Bon, à remettre en cause les clichés et les dictons… autant continuer dans la lancée : ce n’est plus seulement « dans les vieux pots qu’on fait la bonne soupe ».

C’est aussi dans les nouveaux, les pots lumineux Bloom que l’on trouve dans la galerie qui m’accueille du 28 juin au 28 Août, Jeanine Biasiolo, 42 rue nationale à Lectoure.

Le design, la peinture et la video (dont une d’Alexandre Poisson) s’harmonisent dans une exposition joyeuse, vivante, lumineuse dans tous les sens du terme. Le concept global, un peu « beatnik » fonctionne bien : on est plongé dans l’ambiance, on adhère. Les parti-pris de la galerie sont pertinents (ceux de Jeanine bien-sûr… du contemporain toujours dans cette petite ville toute faite de patrimoine et d’histoire). Le renforcement d’un réseau de liens très personnalisé entre les clients du salon, le public de la galerie, les visiteurs amenés par d’autres manifestations culturelles aboutit à la constitution d’un public converti, agréable. C’est un lieu de confrontation passionné. On y agite des idées assez poétiques et assez fondamentales. Les affiches et les flyers annonçant l’exposition sont arrivés à la dernière minute (petit stress et commande tardive, encre pantone fluo qui se fait attendre) mais nous étions nombreux au rendez-vous samedi 28 à 18H30 pour « vernir ».

 

Une petite cour centrale s’ouvre sur des passages à claire-voie, des coursives et des étages. Une longue cimaise permet l’accrochage des grands formats : parfait pour la dormeuse sur fond bleu de Lectoure (ce pigment bleu, couleur Sennelier, broyé artisanalement), les grands formats sur la tôle. L’Africaine a de la place pour s’exprimer et le dormeur est installé comme pour l’éternité tranquille. Les multiples à proximité les uns des autres font écho tout en disant bien leur différence avec les peintures. Les tôles… Arriverai-je à répondre à toute les questions sur ces tôles ? Promis juré, le prochain article, je m’y attèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *