Le père Noël est une ordure…

img_6327

 

Digne d’un Nöel burlesque au théâtre du Splendid. Le père Noël ne sera pas au rendez-vous. Son traîneau a déraillé et les tôles décorées de Noël ne seront pas sous le sapin ! S’il n’y a pas de nouveaux rebondissements pendant l’acheminement, nous serons les premiers de l’année  2017 à être livrés et tout sera  pardonné. Il est toujours de très bonne volonté ! 

 

 

Nous attendons de nombreuses créations… point d’orgue d’un travail de 6 mois, parfois aliénant quand la matière première (tôles brutes) est attendue de longues semaines, quand il faut se confronter aux exigences des livraisons et des plannings multiples. Changer son « sourcing », c’est se confronter à une part d’inconnu. J’ai fait un tour dans la fabrique du Père Noël, les travaux restent à  façonner, ultime étape de finition de surface.

 

SUMI-E 墨絵 : des kakémonos et des petits carrés

Je cite Wikipédia « Le peintre de sumi-e modifie la dilution de l’encre, la position du pinceau, la force et la vitesse pour jouer sur l’épaisseur et la netteté des lignes ainsi que les niveaux de gris. La peinture au lavis, qui a donné quelques-unes des œuvres les plus acclamées des arts japonais, est très intimement associée à la culture raffinée de Muromachi tout emprunte du bouddhisme zen, de même que la cérémonie du thé, le nô, les jardins secs ou l’ikebana ».

Les kakémonos sont  des peintures ou des calligraphies sur des formats longitudinaux verticaux destinés à être suspendus (à la base sur de la soie ou des rouleaux présentés avec des baguettes aux deux extrémités). 

 

Premier coup d’oeil dans l’atelier, les 5 formats alignés sur les rails de séchage me plaît énormément. La joie  que me procure ce genre de dessin, la sérénité et la mesure qu’il nécessite sont bien visibles dans cette série.  Je me réjouis des nouveaux choix assez minimalistes qui m’ont pourtant fait tant hésiter : l’augmentation de l’épaisseur du support d’aluminium,  le fait de cadrer « à bords perdus », enfin celui de travailler des épures crayonnées sobrement à la mine de plomb sur du blanc rehaussées d’encre. Tout simple, léger, très « beaux-arts ». Il a beaucoup de fond blanc.  Ils seront très adaptés appliqués sur des surfaces de murs étroits. Au dessus d’un linteau de porte. Entre deux portes. Les crayonnés ont été réalisés au feutre noir « sign pen » , à l’acrylique assez liquide et aux encres de chine noires. J’ai un peu réduit le nombre de couleurs mais réfléchi à leur qualité, à leur variété. Les gammes de couleurs se référent à la nature qui me rend contemplative :  à la fois vives mais jamais « pures », très travaillées avec des tons et demi-tons. Beaucoup de bleus (le fameux bleu de Lectoure), de vert véronèse, lagon, sapin, céruléum, indigo. Des jaunes verdâtres désaturés, des tâches très charbonneuses, en gris foncé anthracite. Du rouge soit vermillon orangé soit framboise mais pas de rouge franc. Le violet, les tons pervenches se déclinent souvent dans des croquis de fleurs ou les ombres portées des objets.  

 

img_6320

 

Je n’ai pas encore de photos des caissons (tableaux et tables). Je vous invite à venir découvrir tout ça fini, dès que possible courant  janvier. D’abord à la maison, puis aussi à Plaisir d’Embellir (Espace Comboire). 

 

img_6313

img_6316

 

img_6305

 

img_6319

 

image_pdfimage_print
Print Friendly, PDF & Email